Bien le bonjour chers frères et sœurs,

En ce deuxième mercredi de l’Avent, dans le psaume: « Bénis le Seigneur, ô mon âme, n’oublie aucun de ses bienfaits. »
Et dans l’évangile de ce jour : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.»

28 novembre

La route en ce monde est dure et longue. La pénibilité de notre marche en ce monde nous fait soupirer après la paix et la quiétude du royaume de Dieu.
Mais en notre marche présente nous ne sommes pas seuls.
Non seulement le Christ Ressuscité marche à nos côtés mais en plus c’est lui qui nous porte en toutes nos épreuves afin que nous ne succombions pas à nos faiblesses.
Avec un tel secours, comment ne pourrions-nous pas nous relever de toutes nos chutes et reprendre avec joie la marche de l’espérance.

P. Bruno

Texte de méditation :

« Dieu a fixé un temps pour ses promesses, et un temps pour accomplir ce qu'il a promis.
Le temps des promesses était le temps des prophètes, jusqu'à Jean Baptiste ; à partir de lui et jusqu'à la fin, c'est le temps d'accomplir ce qui a été promis.
Il est fidèle, Dieu qui s'est fait notre débiteur, non en recevant quelque chose de nous, mais en nous promettant de si grandes choses. C'était peu de promettre : il a voulu encore s'engager par écrit, comme en dressant avec nous un contrat de ses promesses ; ainsi, lorsqu'il commencerait à s'acquitter de ses promesses, nous pourrions considérer dans l'Écriture l'ordre dans lequel il s'acquitterait de ce qu'il a promis. C'est pourquoi le temps de la prophétie, comme nous l'avons déjà dit souvent, était la prédiction des promesses.
Il a promis le salut éternel, la vie bienheureuse sans fin avec les anges, et l'héritage qui ne peut se flétrir, la gloire éternelle, la douceur de son visage, la demeure de sa sainteté dans les cieux, et par la résurrection des morts, désormais aucune crainte de mourir. Telle est sa promesse, comme le but vers lequel se porte tout notre élan, et quand nous y serons parvenus, nous n'aurons plus rien à rechercher, plus rien à exiger….. Mais c'était trop peu pour Dieu, de donner son Fils pour qu'il montre le chemin ; il a fait de lui le chemin, par lequel tu irais sous sa direction, le chemin que tu suivrais. »

SERMON DE SAINT AUGUSTIN SUR LE PSAUME 109
« Ce qu'il a promis, Dieu a aussi la puissance de l'accomplir »

Pour retrouver les messages plus anciens, cliquez sur le bouton "Messages du Père" en haut du site ou cliquer sur le bouton ci-dessous

Utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour assurer une meilleure expérience. En continuant à utiliser ce site Web, vous acceptez leur utilisation. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.