Bien le bonjour chers frères et sœurs,

En ce vendredi, dans l’Apocalypse, saint Jean nous dit : « l’ange me dit : prend (le livre), et dévore-le ; il emplira tes entrailles d’amertume mais dans ta bouche il sera doux comme le miel. » (Ap 10, 9)
Et dans l’évangile de ce jour : « Jésus déclarait : il est écrit : Ma maison sera une maison de prière. Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits.» (Lc 19, 46)

20 novembre

Nous avons vu Jésus heureux de se rendre dans la maison de Zachée pour y apporter le salut. Et aujourd’hui, dans le temple, nous le voyons chasser les vendeurs et leur commerce.
De quelle façon habitons-nous notre maison, et qu’en faisons-nous ?
De quelle façon habitons-nous nos églises, et qu’en faisons-nous ?
Et si nous profitions de cette journée pour faire un peu de ménage dans nos lieux de vie afin qu’ils soient non pas cavernes de brigands mais maisons de prière ?

P. Bruno

PS: Le Père Bruno mettra une image dans chacun de ses mots du jour; si vous avez une image ou une photo symbolisant l'espérance à proposer, n'hésitez pas à le faire en l'envoyant par mail au Père  Bruno accompagnée d'un mot expliquant pourquoi elle évoque, selon vous, l'espérance. Il la mettra alors dans un de ses messages.

Pour retrouver les messages plus anciens, cliquez sur le bouton "Messages du Père" en haut du site ou cliquer sur le bouton ci-dessous

messages du Père Vidal

Méditation : ce jeudi soir lors de l’adoration eucharistique, nous avons accueilli et médité sur ce beau texte du pape émérite Benoît XVI sur la foi, qui est d’une étonnante actualité. Au cœur de la morosité ambiante voici de quoi nous remettre devant l’essentiel.
Bonne méditation.
P. Bruno

Se fonder sur un « toi » qui me donne confiance

Dans ce contexte, refont surface certaines questions fondamentales qui sont bien plus concrètes qu’elles n’y paraissent à première vue : quel sens cela a-t-il de vivre ? Y a-t-il un avenir pour l’homme, pour nous et pour les nouvelles générations ? Dans quelle direction orienter les choix de notre liberté pour un résultat bon et heureux de la vie ? Qu’est-ce qui nous attend au-delà du seuil de la mort ?
De ces questions, qu’on ne peut ignorer, il apparaît combien le monde de la planification, du calcul exact et de l’expérimentation, en un mot le savoir de la science, bien qu’important pour la vie de l’homme, à lui seul ne suffit pas. Nous avons besoin non seulement du pain matériel, mais nous avons aussi besoin d’amour, de sens et d’espérance, d’un fondement certain, d’un terrain solide qui nous aide à vivre avec un sens authentique même dans la crise, dans les ombres ,dans les difficultés et dans les problèmes quotidiens.
La foi nous donne précisément cela : c’est une manière confiante de s’en remettre à un « Toi », qui est Dieu, qui me donne une certitude différente, mais non moins solide que celle qui me vient du calcul exact ou de la science.
La foi n’est pas un simple accord intellectuel de l’homme avec des vérités particulières sur Dieu ; c’est un acte à travers lequel on s’en remet librement à un Dieu qui est Père et qui m’aime ; c’est une adhésion à un « Toi » qui me donne espérance et confiance. Bien sûr, cette adhésion à Dieu n’est pas privée de contenus : avec elle, nous sommes conscients que Dieu lui-même s’est montré à nous dans le Christ, a fait voir son visage et s’est fait réellement proche de chacun de nous. Plus encore, Dieu a révélé que son amour pour l’homme, pour chacun de nous, est sans mesure : sur la Croix, Jésus de Nazareth, le Fils de Dieu fait homme, nous montre de la manière la plus lumineuse à quel point arrive cet amour, jusqu’au don de soi-même, jusqu’au sacrifice total. Avec le mystère de la Port et de la résurrection du Christ, Dieu descend jusqu’au fond  de notre humanité pour la ramener à Lui, pour l’élever à sa hauteur.
La foi, c’est croire à cet amour de Dieu qui ne fait pas défaut face à la méchanceté de l’homme, face au mal et à la mort, mais qui est capable de transformer toute forme d’esclavage, en donnant la possibilité du salut. Avoir foi, alors, c’est rencontrer ce « Toi », Dieu, qui me soutient et m’accorde la promesse d’un amour indestructible qui non seulement aspire à l’éternité, mais la donne ; c’est m’en remettre à Dieu avec l’attitude d’un enfant, qui sait bien que toutes ses difficultés, tous ses problèmes sont à l’abri dans le « toi » de la mère. Et cette possibilité de salut à travers la foi est un don que Dieu offre à tous les hommes.
Je pense que nous devrions méditer plus souvent – dans notre vie quotidienne, caractérisée par des problèmes et des situations dramatiques – sur le fait que croire chrétiennement signifie m’abandonner ainsi avec confiance au sens profond qui me soutient et soutient le monde, ce sens que nous ne sommes pas en mesure de nous donner, mais uniquement de recevoir comme un don, et qui est le fondement sur lequel nous pouvons vivre sans peur. Et cette certitude libératrice et rassurante de la foi, nous devons être capables de l’annoncer par nos paroles et de la montrer par notre vie de chrétiens.

Article du pape Benoît XVI sur la foi, dans le livre : Une seule Église. Pape François et pape Benoît. Cerf 2020 p.20-21

Bien le bonjour chers frères et sœurs,

En ce jeudi, dans l’Apocalypse, saint Jean nous dit : « Ne pleure pas. Voilà qu’il a remporté la victoire, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David : il pourra ouvrir le Livre aux sept sceaux. »
Et dans l’évangile de ce jour : « Ah, si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui donne la paix !…. Viendront des jours où tes ennemis ne laisseront pas chez toi pierre sur pierre, parce que tu n’as pas connu le moment où Dieu te visitait.»

19 novembre
(Photo prise du mont des Oliviers, le Dominus flevit : « Jésus pleure sur Jérusalem »)

Les lectures de ce jour sont faites de pleurs. Jour de lamentations parce que tout semble perdu, plus personne ne semble digne du Seigneur ni capable de discerner sa présence au milieu de nous. Et cela augure des jours de peine et de malheurs.
Est-ce que nous sommes comme Jérusalem qui ne reconnaît pas que le Royaume de Dieu est au milieu d’elle ?
Est-ce que c’est le défaitisme qui habite nos cœurs et nos esprits ?
Mais rien de tout cela devant les jours d’épreuve :
« Il est digne, l’Agneau immolé de prendre le Livre et d’en ouvrir les sceaux. »
Il est l’Alpha et l’Oméga, celui qui est vainqueur du mal.
Et nous attendons son jour de gloire.

P. Bruno

PS: Le Père Bruno mettra une image dans chacun de ses mots du jour; si vous avez une image ou une photo symbolisant l'espérance à proposer, n'hésitez pas à le faire en l'envoyant par mail au Père  Bruno accompagnée d'un mot expliquant pourquoi elle évoque, selon vous, l'espérance. Il la mettra alors dans un de ses messages.

Pour retrouver les messages plus anciens, cliquez sur le bouton "Messages du Père" en haut du site ou cliquer sur le bouton ci-dessous

messages du Père Vidal

Bien le bonjour chers frères et sœurs,

En ce mercredi, saint Jean nous dit : « une voix me parlait en disant : Monte jusqu’ici, et je te ferai voir ce qui doit ensuite advenir…. Aussitôt je fus saisi en esprit. Voici qu’un trône était là dans le ciel, et sur le trône siégeait quelqu’un ».

Et dans la parabole de ce jour : « Très bien, bon serviteur ! Puisque tu as été fidèle en si peu de choses, reçois l’autorité sur dix villes…. ».

18 novembre

Dans cette parabole il est question d’un homme qui doit recevoir la royauté, de ceux qui ne veulent pas qu’il règne sur eux, de ceux qui ont fait fructifier le bien qu’il leur avait confié et de celui, qui saisi par la peur de cet homme,  a bien soigneusement « enveloppé  » le bien confié « dans un linge ».
Un peu comme pour la parabole du semeur, chacun de nous est invité à se demander quelle est sa relation au Seigneur : est-ce que nous acceptons qu’il règne en nos cœurs en toute confiance ou est-ce que nous sommes saisis par la peur et la méfiance ?
Quelle est  l’image que nous nous faisons de Dieu ?

P. Bruno

PS: Le Père Bruno mettra une image dans chacun de ses mots du jour; si vous avez une image ou une photo symbolisant l'espérance à proposer, n'hésitez pas à le faire en l'envoyant par mail au Père  Bruno accompagnée d'un mot expliquant pourquoi elle évoque, selon vous, l'espérance. Il la mettra alors dans un de ses messages.

Pour retrouver les messages plus anciens, cliquez sur le bouton "Messages du Père" en haut du site ou cliquer sur le bouton ci-dessous

messages du Père Vidal

Bien le bonjour chers frères et sœurs,

En ce mardi saint Jean nous dit : « Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. »
Et qu’il est beau ce dialogue entre Jésus et Zachée : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison… En effet, le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »

17 novembre

Puissions-nous avoir le même désir, malgré nos péchés, d’ouvrir nos maisons et nos cœurs au Fils de l’homme pour accueillir avec lui le salut.

P. Bruno

PS: Le Père Bruno mettra une image dans chacun de ses mots du jour; si vous avez une image ou une photo symbolisant l'espérance à proposer, n'hésitez pas à le faire en l'envoyant par mail au Père  Bruno accompagnée d'un mot expliquant pourquoi elle évoque, selon vous, l'espérance. Il la mettra alors dans un de ses messages.

Pour retrouver les messages plus anciens, cliquez sur le bouton "Messages du Père" en haut du site ou cliquer sur le bouton ci-dessous

messages du Père Vidal