Le nom de Dieu est Miséricorde

Misericorde

 Pour ce Carême 2021 qui nous prépare aux fêtes pascales nous cheminerons avec deux visages de Dieu :

Dieu est miséricorde

Dieu a un cœur de Père.

Après les dernières déclarations venant de Matignon, nous faisons partie des « départements sous surveillance » qui verront leur situation précisée au cours de la semaine prochaine.
Quoi qu’il en soit le couvre-feu à 18h00 reste maintenant jusqu’à nouvel ordre….

Nos rencontres de Carême se feront donc à l’église, aux dates fixées, de 14h00 à 15h30, suivies de la célébration de la messe.

La boite pour la solidarité envers les chrétiens d’Orient sera présente à chacune de de nos rencontres pour que nous puissions garder ce geste de fraternité.

Merci de votre générosité.

Attention : pour la rencontre 0 du 1er mars, présentation du thème, ce sera de 14h00 à 15h00 et la célébration de la messe à 15h00.

Dates des rencontres :

Lundi 1er mars : rencontre 0 : présentation du thème de la miséricorde par P. Bruno.

Lundi 8 mars : rencontre 1 : P. de Dreuille : texte de l’Annonciation (Luc 1,26-38) et de la Visitation (Luc 1, 39-56). Première réflexion sur la lettre « Patris corde ».

Lundi 15 mars : rencontre 2 : P. de Dreuille: texte de la veuve de Naïn (Luc 7, 11-17) et de la pécheresse pardonnée (Luc 7, 36-50). Deuxième réflexion sur la lettre « Patris corde ».

Lundi 22 mars : rencontre 3 : P. de Dreuille : texte du bon Samaritain (Luc 10, 29-37). Troisième réflexion sur la lettre « Patris corde ».

Semaine du 29 mars au 4 avril : semaine sainte

Lundi 5 avril : rencontre 4: P. de Dreuille : texte d’Emmaüs (Luc 24, 13-35). Quatrième réflexion sur la lettre « Patris corde ».

Lundi 12 avril : rencontre 5 : P. de Dreuille : texte du fils prodigue (Luc 15, 11-32). Cinquième réflexion sur la lettre « Patris corde ».

Merci de votre générosité.

BON CARÊME

Retrouvez ci-dessous la feuille paroissiale, que vous pouvez télécharger en cliquant ici ou dans la rubrique Bulletin Paroissial->Année en cours.
Livret de messe du 22 au 28 Juin 2020

Victoire Senat

Bonne fête de la lumière

Fete lumière 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi :
Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur.
Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur :
un couple de tourterelles ou deux petites colombes.

Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur. Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant :
« Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations
et donne gloire à ton peuple Israël. »

SERMON DE S. SOPHRONE DE JÉRUSALEM POUR LA FÊTE DES LUMIÈRES

Recevoir la lumière.

Allons à la rencontre du Christ, nous tous qui honorons et vénérons son mystère avec tant de ferveur, avançons vers lui dans l'enthousiasme. Que tous sans exception participent à cette rencontre, que tous sans exception y portent leurs lumières.

Si nos cierges procurent un tel éclat, c'est d'abord pour montrer la splendeur divine de celui qui vient, qui fait resplendir l'univers et l'inonde d'une lumière éternelle en repoussant les ténèbres mauvaises ; c'est aussi et surtout pour manifester avec quelle splendeur de notre âme, nous-mêmes devons aller à la rencontre du Christ.

De même, en effet, que la Mère de Dieu, la Vierge très pure, a porté dans ses bras la véritable lumière à la rencontre de ceux qui gisaient dans les ténèbres ; de même nous, illuminés par ses rayons et tenant en mains une lumière visible pour tous, hâtons-nous vers celui qui est vraiment la lumière.

C'est évident : puisque la lumière est venue dans le monde et l'a illuminé alors qu'il baignait dans les ténèbres, puisque le Soleil levant qui vient d'en haut nous a visités, ce mystère est le nôtre. C'est pour cela que nous avançons en tenant des cierges, c'est pour cela que nous accourons en portant des lumières, afin de signifier la lumière qui a brillé pour nous, mais aussi afin d'évoquer la splendeur que cette lumière nous donnera. Courons donc ensemble, allons tous à la rencontre de Dieu. ~

Cette lumière véritable, qui éclaire tout homme venant en ce monde, voici qu'elle vient. Soyons-en tous illuminés, mes frères, soyons-en tous resplendissants.

Que nul d'entre nous ne demeure à l'écart de cette lumière, comme un étranger ; que nul, alors qu'il en est inondé, ne s'obstine à rester plongé dans la nuit. Avançons tous dans la lumière, tous ensemble, illuminés, marchons à sa rencontre, avec le vieillard Syméon, accueillons cette lumière glorieuse et éternelle. Avec lui, exultons de tout notre cœur et chantons une hymne d'action de grâce à Dieu, Père de la lumière, qui nous a envoyé la clarté véritable pour chasser les ténèbres et nous rendre resplendissants.

Le salut de Dieu, qu'il a préparé à la face de tous les peuples et qu'il a manifesté pour la gloire du nouvel Israël que nous sommes, voilà que nous l'avons vu à notre tour, grâce au Christ ; et nous avons été aussitôt délivrés de la nuit de l'antique péché, comme Syméon le fut des liens de la vie présente, en voyant le Christ.

Nous aussi, en embrassant par la foi le Christ venu de Bethléem à notre rencontre, nous qui venions des nations païennes, nous sommes devenus le peuple de Dieu, car c'est le Christ qui est le salut de Dieu le Père. Nous avons vu de nos yeux Dieu qui s'est fait chair. Maintenant que la présence de Dieu s'est montrée et que nous l'avons accueillie dans notre âme, nous sommes appelés le nouvel Israël : et nous célébrons sa venue par une fête annuelle pour ne jamais risquer de l'oublier.

Le sacrement de l’onction des malades

 Onction

Quand l’Église prend soin des malades, elle sert le Christ dans les membres souffrants du Corps mystique du Seigneur.
Elle manifeste ainsi la sollicitude du peuple de Dieu envers ses frères et sœurs éprouvés par la maladie. C’est la tendresse de Dieu qui vient rejoindre ceux qui sont blessés par une épreuve de santé, que ce soit la maladie, la proximité d’une intervention chirurgicale, une épreuve psychologique.
L’onction des malades est un signe d’espérance qui est proposé à ceux qui sont dans l’épreuve. Ce signe est puissance de réconfort, soutien dans l’épreuve.

Ce sacrement des malades sera célébré à toutes les messes du samedi 7 février et du dimanche 8 février, à Eguilles et à Célony. Il est impératif de s’inscrire et de s’y préparer.
Pour cela, il vous faut prendre contact avec le Père Bruno (coordonnées sur le site), ou avec Brigitte Esparsa (tel : Tel onction), pour vous préparer à le recevoir. »